Le Jeu

Le jeu Homoresponsabilis Nord-Sud a été créé par Groupe One en 2007 grâce à un financement DGCD. Les animations sont très appréciées, et les évaluations faites à la fin de chaque session ont donné des résultats très positifs: un taux de satisfaction de 80% est atteint. En 2007 (année de création de l’outil) 75 personnes ont assisté à des modules de formation, dont 50 étudiants. En 2008 et début 2009, Groupe One a animé près de 400 personnes et a touché en 2010 plus de 500 étudiants. Ces résultats ont incité l’ensemble du partenariat à transférer - transfert géographique- et adapter le jeu à de nouveaux pays dans l’UE (la Bulgarie et la Pologne) et en Autriche. Mais il s’agit aussi en partie d’une sorte de transfert sectoriel parce que jusqu’aujourd’hui, les principaux bénéficiaires directs des ateliers de jeu étaient des étudiants en gestion, économie et spécialisés en finance. Grâce à ce projet, le partenariat peut cibler des étudiants aussi des sections professionnelles et pas nécessairement du supérieur – parce que demain bon nombre d’entre eux seront propriétaires et gestionnaires de PME.
Le jeu est disponible en français seulement. Grâce au projet, il sera également disponible en anglais, allemand, bulgare et polonais. En particulier la traduction en anglais créera une occasion d’élargir le transfert du jeu.

Le scénario du jeu:

Le jeu repose sur l’interaction entre les différentes équipes qui jouent le rôle d’entreprises actives sur le marché international de tables en bois tropical. Les différents acteurs sont les forestiers et des scieries situées dans la République démocratique du Congo, les détaillants situés en Belgique, les consommateurs à Kinshasa et en Belgique. Ces entreprises doivent acquérir leurs matières premières (bois et produits de traitement), produire les tables, passer des accords commerciaux avec les clients, vendre ou acheter des tables avec un souci de rentabilité (pour faire face à leurs charges fixes et  rembourser un prêt bancaire). Ils sont soumis à diverses contraintes (marché, législation, pression sociale, etc.) et font face à différents événements économiques, sociaux et environnementaux (concurrence, pollution, revendications des travailleurs, etc.) qui les amènent à prendre des décisions et à agir de façon éclairée, plus ou moins durable et compatible avec les principes de la responsabilité sociale et la responsabilité environnementale. Outre les acteurs rencontrés dans le jeu, les cartes « vie » (événements) vont révéler d’autres «parties prenantes», comme des ONG, des professionnels des médias, des mineurs artisanaux, des collectivités locales, des consommateurs qui s’inquiètent de la durabilité du bois, des auditeurs, des organismes de certification, etc. En outre, les entreprises sont confrontées au choix de la labellisation ou non de leurs produits. S’ils optent pour cette option,  ils devront mettre en place avec leurs fournisseurs les différentes étapes nécessaires à la «chaîne de traçabilité» du processus de certification. Les tours de jeu sont rythmés par l’animateur qui guide les équipes à travers le «calendrier des activités», décomposé en six phases: la planification, la négociation, les paiements, l’achat de matières premières, la fabrication et la vente. Le dernier tour de jeu voit les équipes rembourser leur prêt bancaire et rendre le rapport final de leurs activités (bénéfice net, la qualité et le nombre d’unités vendues, les actions environnementales et sociales).